| ACCUEIL de l'Académie métaphysique
Le SATOR, comme l'AZOTH, ont même signification. C'est une clef qui relie la langue d'un Temps à un autre Temps.
André Bouguenec
Connaître, c'est naître avec ce qui est su.
atière
sprit
cience

 

 

Articles en différents domaines

Alchimie
Esotérisme

 

 

ESOTERISME

 

 

 

Clé : Ne jetez pas de perles aux pourceaux

Le Christ disait : "Ne jetez pas de perles aux pourceaux". Parce que l'heure n'était pas encore venue. Aujourd'hui elle est venue, pour que les hommes aient en main tout ce qu'il est nécessaire de connaître pour passer avec succès l'examen crucial, qui arrive.

 

La langue des oiseaux et le trois

"La langue des oiseaux", utilisée dans tout le Moyen-Age, symbole de reconnaissance d'une langue élaborée par un "double sens" mais dont le "chiffre" de code est Trois.

1 : Sens littéral commun
2 : Sens figuratif par les allégories, symboles, sémantiques ou religieux
3 : Sens phonétique par sons, racines, étymologies ou codes préconçus - ou ésotériques.

C'est le "Trois" qui est "de l'empreinte" de cet esprit, la "signature" de "tout oiseau" étant le (ici : patte d'oie) de sa patte.

Le Trois est par essence, l'ésotérisme complet, au-dessus de la dualité des sens communs, de la prose ou de la poésie. C'est la "langue des dieux" d'où le symbole d'air. La main du Christ a trois doigts en l'air ou deux, selon qu'il symbolise une implication de lecture symbolique religieuse ou ésotérique.

 

Renaissance : Chute des religions mais maintien et diffusion des ésotérismes

Après la sécularisation de la Renaissance, les religions ont périclitées, mais il est un fait, que les ésotérismes n'en ont point été entamés, et même aujourd'hui, ils se développent grâce à une diffusion étendue. Il est vrai qu'en même temps se développe un ésotérisme de bas étage, qui en prend le nom, alors que bien souvent il s'agit d'occultisme pratique sans aucun principe le sous-tendant, et une psychologie primaire.

 

Une différence entre mysticisme et initiation

Une différence entre le mysticisme et l'ésotérisme ou l'initiation, est que dans le premier mouvement, on ne sait pas où l'on va, alors que dans l'autre, on a des moyens très positifs pour le savoir.
Le mysticisme est passif, alors que l'initiation est active.

 

La contre-initiation propagée par les pseudo-initiés, et la mécanique

Le propre de la contre-initiation est de détourner consciemment de l'initiation et de la tradition. Pour cela, elle utilise des outils inconscients, des "pseudo-initiés" qui se croient dans le spirituel, bien que restant dans le psychique. Pour la plupart, ils restent des mécaniques, psychiques, répétant des syncrétismes.
Ces pseudo-initiations, sont donc artificielles, comme tout ce qui est mécanique. Guénon y voit l'oeuvre de Satan : C'est lui qui ferait que la machine se développe de plus en plus, tendant à faire de l'homme lui-même un élément de ces machines.

 

Les Upanishad : Texte 'ésotérique' hindou

Les Upanishad : Texte "ésotérique" hindou

 

Dieu caché pour susciter quête libre et joie de découvrir

La parole de Dieu est ésotérique. "Le Royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ."
Vendre tout ce qu'on possède ce n'est pas littéralement abandonner ses biens, ou quitter les siens, c'est changer sa façon de penser pour adapter toute sa vie à l'Oeuvre.

 

Valeurs du coeur dans les Evangiles

Par le choix des quatre Evangiles, l'Esprit a publié les valeurs du coeur, sociales, auprès des hommes, mais sans omettre les élements qui font signe d'une plus haute connaissance, qui à ce moment se publiait mais qui par les choix humains, la quête du pouvoir sur les esprits, fut mise sous le boisseau.

 

Esotérisme et intériorité

L'ésotérisme, c'est l'intériorité. c'est l'esprit face à la lettre.

 

Définition de grimoire

Grimoire, vient de gramoire, grammaire, désignant la grammaire latine, inintelligible pour le vulgaire.
Livre de magie / Ouvrage ou discours obscur, ininitelligible.

 

Références Evangile : Esotérisme

Esotérisme de Jésus (pourquoi des paraboles) : Mat. 13 : 10-15 ; 13 : 35 ; Marc 4 : 10-13 et 34 ; Jean 12 : 40 ; 2 Cor. 4 : 3
Il explique tout à ses disciples en particulier : Marc 4 : 34
Le ciel n’avait pas la connaissance de Jésus : Eph. 3 : 10
Redonner plus important que garder les mystères : 1 Cor. 14 : 6
Trouver Dieu en tâtonnant : Act. 17 : 27
Moïse instruit de la sagesse égyptienne : Act. 7 : 22
Le livre écrit dedans écrit dehors : Apo 5 : 1

 

César devant les autres croyances annonce l'image de rome

Avec la décadence de la Grèce, naît Rome et sa puissance. Sa politique est érigée en déesse. Elle fait semblant d'adorer les dieux, mais tue les derniers représentants des ésotérismes celtes, grecs, juifs, perses.
Son Souverain Pontife joint la tiare au diadème, en se proclamant grand pontife. Après la bataille de Thapsus, on lui vote l'apothéose divine puis sa statue est mise dans le temple de Quininus, avec un collège de desservants portant son nom : les prêtres-juliens.
Ce même César finira par nier l'immortalité de l'âme en plein sénat. Il est le seul dieu. Avec les Césars, Rome étend sa main sur le monde entier. Mais un peuple lui résiste, c'est le peuple Juif. Gargarisé sans doute pas sa croyance en sa particularité de peuple élu du Dieu unique.

 

Samuel, Esséniens, Jésus, prophètes faces aux pouvoirs d'Israël

Selon Schuré, le prophète Samuel a créé une école ésotérique, dont la fonction était de faire face aux pouvoirs des Rois et des sacerdoces décadents.
Depuis, seuls les prophètes comprenaient les manquements d'Israël vis-à-vis de leur viatique - Et donc les esséniens, issus de l'école de Samuel. Jésus, qui en a conscience, entérine cette position et déclare que les clefs seront données à un autre peuple, qui en portera les fruits.

 

L'Eglise, la science et le Royaume des cieux - Eglise et liberté

L'Eglise a caché le Royaume des Cieux. Mais qu'est-ce que le Royaume des Cieux ? C'est l'Univers. L'eglise a empêché la science qui eut ouvert des voies à l'intelligence. C'est la liberté.
L'Eglise a écrasé toute liberté en son sein. Elle a imposé dictatorialement sa vision des choses (la Lumière). L'Eglise a empêché la réflexion, les ésotérismes, l'étude fructueuse de l'histoire, de la science, du monde.
Elle a été tout, sauf "universelle". Elle a bouché l'entrée du Royaume du Père, en imposant des dogmes qui ne sont que des fables, elle a imposé un catalogue de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ainsi, elle a empêché les consciences de croître, de se développer grâce au phénomène obligatoire de la liberté. Or cette conscience, c'est le Royaume des cieux.
C'est enfin la connaissance de Dieu, du Monde ("La lumière était dans le Monde, et le Monde ne l'a pas connue".), qui pouvait rendre Dieu tangible.
Vous connaissez bien une personne quand vous pouvez "voir" ou "visualiser" intérieurement le lieu où elle vit. Sinon elle reste abstraite.
Dieu se visualise seulement par la mobilisation de son intelligence, qui permet de l'Y lire en Son Royaume ("en nous et en dehors de nous"), d'Y trouver l'Esprit ! Amen.

 

L'erreur des croyants est de 'croire' et de ne pas chercher

L'Eglise a éteint des flammes sacrées potentielles, en ayant fait espérer en un salut assuré dès lors qu'on croyait en elle. Le sacrifice même de Jésus devait assurer leur salut. L'erreur de ces gens fut de ne jamais s'être demandé si à côté il n'existait pas "autre chose".
Cet à côté que l'Eglise a toujours voulu cacher, ou même détruit à la mesure du pouvoir qu'elle possède ou a possédé : les gnoses, les intellectuels, les textes même des Evangiles, expurgés, mal traduits puis imposés comme "canoniques", comme s'ils eussent existé de toute éternité. Or l'exégèse a prouvé la fausseté de cela. Mais cela le croyant ne l'a pas cherché. Là est son erreur.

 

Résumé de 'Les grands initiés', d'E. Schuré

L'histoire des initiés qui ont réformé chacun à leur tour, l'histoire spirituelle et matérielle des hommes. Celle-ci débute à Ram et abouti à Jésus. A chaque fois, l'éclairage est apporté sur les enseignements à propos de l'âme, de la raison d'être de l'homme, de plus en plus clairement affirmée jusqu'à Jésus. Son enseignement étant précisément la synthèse des enseignements celtes, hindous, hébreux, grecs et égyptiens. Sa particularité par rapport à ses "prédécesseurs", fut de promouvoir l'importance de l'accomplissement social et fraternel, avec en surcroît, l'incitation à la recherche par l'ésotérisme, la métaphysique, etc.
Un livre superbe, empli de science, de sagesse intelligente et raisonnée autant que raisonnable.

 

Les domaines intellectuels qui unissent l'homme au tout, et pourquoi

L'unification de l'homme et du cosmos sont à la fois dans les traditions, l'ésotérisme, et la science actuelle.
On ne peut comprendre l'homme sans prendre en compte le Tout.
L'intelligence et la connaissance sont liées au tout. Il faut pouvoir apperçevoir un ensemble des choses pour pouvoir comprendre l'ensemble de la vie et l'ensemble de l'humain.

 

Petite histoire de l'ésotérisme occidental - Selon A Faivre

Ce résumé se veut simplement et globalement informatif. Il présente certainement des lacunes, tant le livre d'antoine Faivre est dense et précis. Il est donc non exhaustif. Il est conseillé de recouper avec l'ouvrage original (Que sais-je N°1031, 1992 : l'ésotérisme) ou d'autres ouvrages. Nous sommes ouverts à toute demande de correction si elle s'intègre dans un contecte classique et reconnu par le corps universitaire ou historique, c'est-à-dire dans la mesure où elle ne cherche pas à couper les cheveux en quatre (car nous ne voulons pas nous lancer dans des débats techniques et stériles).




Bas Moyen-Age et Esotérisme chrétien :

Initiation, secret, amour et connaissance se fondent dans un imaginaire chevaleresque dont la première grande expresion littéraire s'élabore autour d'Arthur. C'est la Matière de Bretagne. Ensuite on a la littérature du Graal, avec le livre de Chrétien de Troyes et Robert de Boror, qui associe des traditions occidentales de type chevaleresque et celtique (druidiques notamment), lié à un ésotérisme chrétien.
En 1200 : Wolfram Von Eschenbach consacre au Graal et à la chevalerie un Parzival où l'on retrouve sans peine des éléments alchimiques et hermétistes.
On retrouve l'alchimie dans le Roman de la Rose.



Renaissance et baroque :

Vers 1450, création d'une académie platonicienne, par Marcile Ficin. Dix ans plus tard, on redécouvre le Corpus herméticum. Il le traduit. On en trouve ensuite en soixante-dix ans, de multiples traductions. Toutes font de Trismégiste l'auteur du texte, à l'époque de Moïse. On y perçoit l'annonce du christianisme et la présence d'un enseignement qui serait une expression de la philosophia perennis dont Hermès aurait été l'un des maillons d'une chaîne aux noms prestigieux. On tente une recherche des principes premiers et des origines.

Agrippa (1533-...) et Giordano Bruno font partie des auteurs qui s'imprègnent du Corpus herméticum. Ensuite, sa date de création est ramenée aux tous premiers siècles de notre ère. Il trouve alors moins d'admirateurs.

Robert Fludd (16..-16..) en fait un des fondements de sa théosophie.

Atanase Kircher en étudie la parenté avec la pensée égyptienne antique, et instaure ainsi le grand courant d'égyptologie des temps modernes.

Les Juifs exportent la Kabbale en terre chrétienne, et font croître la Kabbale chrétienne. Pic de la Mirandole (1463-1494) en est le premier promoteur connu. Il ne tente pas une interprétation chrétienne de la théosophie juive, mais une herméneutique du christianisme par les mêmes méthodes dont se servent les juifs pour découvrir les vérités cachées dans les textes révélés. La Kabbale et la Magie prouvent ,selon lui, le Christianisme. C'est le début d'un courant.

H.C. Agrippa fait une synthèse de Kabbale, Magie, Hermétisme et Alchimie, dans "De occulta philosophia", écrite dès 1510, publiée en 1533.

Plusieurs franciscains font de la kabbale chrétienne.



Seizième siècle :

On écrit beaucoup pour les rois ou à leur demande.

Le plus célèbre représentant de ce courant est Guillaume Postel (1510-1581), exclu de la Compagnie de Jésus en 1545. En 1553, il fait la première traduction du Sepher Jetzirah.

On trouve encore Robert Fludd.

En gros, à cette époque, on tente une synthèse des diverses sciences ésotériques, avec les méthodes de l'analogie, de l'ecléctisme, etc.

En Allemagne, en Suisse, le luthérianisme freine la liberté de penser. On voit cependant apparaître Paracelse (1453-1541), Boehme, les Rose-Croix.

Paracelse est Suisse. C'est un médecin qui parcourre l'Europe. Il critique l'autorité des anciens, qu'il faut remplacer par l'expérience. Il meure en laissant une œuvre considérable. Pour lui, la nature est toute entière épiphanie. L'Alchimie est un instrument de connaissance du monde. Chaque chose possède son rythme propre, et avance (Al)chimiquement. Tout est chimique et avance chimiquement. Tout est interdépendant. Les astres se trouvent moins à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'homme. De même que notre corps physique tire des éléments sa nourriture, de même notre corps sidéral invisible se nourrit en laissant le Gestrum (Esprit des astres), agir en lui. Paracelse sera une référence, y compris pour les médecins.

La Théosophie germanique va puiser chez Paracelse. En particulier ce courant apparaît chez Jacob Boehme. Il a des ennuis avec les autorités protestantes. Il spécule sur la Sophia et la création continuée.



Dix-septième siècle :

Les premiers textes connus conçernant les Rose-croix apparaissent en 1614 à Cassel. C'est un petit manifeste : la Fama fraternitatis, de "l'ordre louable de la Croix de Rose", adressé à "tous les savants d'Europe".
On y trouve une critique de la situation spirituelle en Europe plus des considérations sur une possible rédemption grâce non pas aux Eglises, mais à une science spirituelle universelle où cœur et connaissance s'uniraient. Influence : Paracelse, kabbale chrétienne, pythagorisme [et Alchimie]. On y trouve aussi la biographie d'un personnage mythique : Christian Rosenkreutz, grand voyageur qui aurait séjourné en Arabie et en Egypte.

Dans tout ce contexte : la magie se définit comme tentative de relier la Nature et la Religion. La magie blanche est la "magie naturelle". La magie noire est l'aspect négatif de tout cela.



Dix-huitième siècle :

Au dix-huitième siècle, naît la Franc-maçonnerie actuelle, dite spéculative. Elle apparaît à Londres en 1717. Elle introduit dans ses rituels en 1730, le mythe de la mort et la résurrection d'Hiram, et un discours qui va se prêter à l'herméneutique ésotérique.

1770-1815 : Epoque de l'Illuminisme. La Théosophie est au plus haut.

Swedenborg (1688-1772) : Le monde d'en bas, dans sa plus infime partie, renvoie au monde d'en haut. Il inspire plus la Franc-Maçonnerie que les autres théosophes.

On a aussi Eckarthausen.

En France, Martinès de Pasqually (1727-1774), fonde l'ordre théurgique des Elus-Cohen. Louis-Claude de St Martin est influencé par lui. Il est le "philosophe inconnu". Il a laissé une correspondance importante avec des maçons et des Elus-cohens.

On a aussi l'apparition d'une nouvelle science : le magnétisme et l'étude des phénomènes métapsychiques.

Plus des orientations néo-païennes : Fabre d'Olivet : Vers dorés de Pythagore. Celui-ci veut montrer qu'il y a une langue et une Tradition des origines.

Court de Gébelin est moins philosophique, plus encyclopédique. Il tente de retrouver à travers plusieurs traditions, ce qu'on appellera par la suite : Tradition primordiale.

Plus égyptologies, maçonneries égyptiennes.

Goût pour le merveilleux : ouvrages de magie : Comte de St Germain (1707-1784), Joseph Balsamo alias Cagliostro (1743-1795).

Traduction du Grand et du Petit Albert, abondante littérature sur le vampirisme, la sorcellerie. Beaucoup de prophètes (c'est la Révolution Française).

On fait beaucoup d'interprétations sur la mythologie, les mythes, que l'on ramène à des traités alchimiques codés.

Mesmer invente la notion de magnétisme animal (un fluide répandu en toutes choses). Le fluide explique les influences naturelles qu'ont les corps entre eux. Ce fluide est de nature électro-chimique.

On associe cette notion aux symboles maçonniques, on crée des sociétés initiatiques.

Maçonnerie classique : Trois grades. Apparition des rites à hauts grades, plus chargés de contenu ésotérique. La Franc-Maçonnerie anglo-saxonne en est dépourvue. La "régularité" paraît être anglaise.

Fin 1770, le duc Ferdinand de Brunswick et le prince Charles de Hesse de Cassel, réunissent un convent maçonnique chargé de réfléchir sur l'origine, la nature, le but de la maçonnerie. Le convent a lieu en 1782. On y trouve deux tendances : Esotériste et humaniste des Lumières, rationaliste.

Naissance des illuminés fin dix-huitième siècle : Pratiques oraculaires d'interrogation de la Sainte parole, sorte d'hypostase de l'intelligence suprême.
Après, les loges pleuvent, et beaucoup d'œuvres d'art : Goethe, Novalis, Mozart, Blake...



Dix-neuvième siècle :

Il y a les philosophies de la nature à l'époque romantique (1790-1815). Franz von Baader (théosophe) domine l'ésotérisme romantique, et sans doute celui du dix-neuvième siècle. Entre Shelling et Hegel. Parle d'Androgyne, chûte, magnétisme, amour : Somme de tout l'essentiel de l'ésotérisme chrétien.

On dit que le druidisme est la religion-mère de l'humanité. On développe aussi des recherches du côté de l'Orient et de ses traditions. On parle de plus en plus de leur unification dans la "Tradition primordiale". En particulier chez les théosophes.

Edouard Shuré publie ses Grands initiés : Ram, Krichna, Hermès, Moïse, Orphée, Pythagore, Platon, Jésus.

Apparition du spiritisme et de l'occultisme (1840-1860). Magnétisme animal, hypnose, spiritisme, idée de réincarnation, généralisation du terme "ésotérisme", en particulier par la Franc-Maçonnerie.

Alphonse Louis Constant (alias Eliphas Levi) (1810-1875) inaugure et définit le courant occultiste proprement dit. Il en devient le principal représentant en Europe et aux Usa. C'est un mage.

Les occultistes cherchent à intégrer les sciences de leur époque avec leur propre science. Ceci devant contrer la montée du matérialisme.

Forte personnalité dominante : Gérad Encausse (Papus).

 

Références Ancien Testament : Eléments traditionnels ésotériques

L’homme « devient » une âme vivante : Genèse traduite par Chouraqui
Astrologie cyclique (?) : 2 Rois 19 : 29-31
Verseau = Relèvement des morts : Es. 26 :19 ; 29 :18
Trois dernières ères zodiacales : Es. 37 :30-33
Karma collectif : Es. 65 :6-7
Karma individuel : Jér . 31 :29
Danger de la magie du sang : Ez. 35 :6

 

Résumé de 'Recherches et hypothèses jusqu'à nos jours', André Bouguenec

Marie : De nombreux ésotéristes et philosophes en ont parlé depuis longtemps ; l’Eglise, elle, en parle selon sa vision limitée, l’imposant à ses fidèles. En art aussi de nombreuses choses ont été réalisées. Tout cela révèle le phénomène d’une Mère suprême de vie, créatrice de tout, mais seule.

 

Références Ancien Testament : Esotérisme

Ésotérisme : Es. 6 :9-13 ; 29 :10-12 et 18 ; 32 :3-4 ; 42 :16 ; Jér. 33 :3 ; Dan. 1 :17 ; 2 :21-23 ; Osée 12 :4
Cabale : Es. 28 :11
Annonce de la maçonnerie d’esprit : Es. 28 :16-18

 

Jésus et l'ésotérisme des rabbins

L'ésotérisme, c'est une connaissance cachée, celle des mystères de Dieu. Les rabbins juifs en connaissaient une partie, mais ne voulurent pas divulguer, d'où les reproches violents de Jésus (Luc 11:52), sur les "clefs de la science".

 

Références Evangile, indexation d’André : Esotérisme

Ils imposeront les mains… guérisons : Marc 16 :15-18
Caractère de la sagesse d’en haut : Jacques 3 :13
Le sel : Marc 9 :50
Mourir pour renaître : 1 Cor. 15 : 35-49 ; Jean 3 :3-13 et 12 :24
Les pains : Jean 6 :27
Corps différents : 1 Cor. 15 :34-35
Je suis la résurrection : Jean 11 :24

 

L'occultisme et l'ésotérisme précurseurs des sciences pures

Les hypothèses scientifiques les plus extravagantes sont émises par des ésotéristes et des occultistes, cependant qu’ils sont pris pour des rigolos. C’est ce qui a dû se passer avec les précurseurs « alchimistes » de Newton, qui « imaginaient que tout était en relations invisibles.

 

Les grands découvreurs sont métaphysiciens

Les savants, les esprits forts, se croient possesseurs de l’orthodoxie de la façon de penser. Ils n’apportent guère de crédits aux ésotéristes et leurs hypothèses pseudo-scientifiques. On oublie que les grands mouvements de la science sont le fait d’hommes pour qui la métaphysique en science a autant d’importance que la physique (Einstein , Newton, Schrödinger…). Les précurseurs de ces gens là se sont fait railler comme se font aujourd’hui railler les ésotéristes actuels.

 

Gnose de Princeton est un ésotérisme scientifique

La gnose de Princeton est un ésotérisme scientifique, c’est-à-dire une science qui part de la matière pour s’élever à l’esprit.

 

L'homme moderne et l'homme irrrationnel

La cécité de la science à l’égard de l’homme irrationnel est la grande cause et la cause grandissante du malaise de l’homme moderne.

 

L’irrationnel est la science de l’Esprit à la portée de la raison humaine

L’irrationnel est la science de l’Esprit à la portée de la raison humaine.[…]
Il doit faire office d’élément essentiel, et présent et logique, dans le processus déterminant la solution.
Sans l’utilisation, de cette inconnue, de cette abstraction, il est impossible à la science d’aboutir à une conclusion rationnelle.[…]
L’homme doit virer vers l’irrationnel. Pourquoi ? Avant qu’un poste récepteur de télévision soit apte à montrer une matière cohérente reçue (image-parole), il fallut à l’émission tout coder de « signaux électronique ». Le récepteur, ici l’homme, comparativement, se doit d’être capable de décoder le message incohérent pour ses sens normaux (irrationnel), et le rendre assimilable et cohérent à la compréhension. C’est, par ailleurs, ce que fait exactement le cerveau pour l’œil.
C’est ainsi que peuvent se former nos facultés fondamentales.
Le langage « imaginaire » est pour l’humain, le plus formateur, le plus adéquat.

 

Provenance du mot 'ésotérisme'

Eisotheo, donna ésotérisme, et signifie "Je fais entrer".

 

Qu'est-ce que l'ésotérisme ?

Qu’est-ce que l’ésotérisme ? C’est « rentrer » dans la recherche libre et rationnelle, c’est connaître rationnellement le divin, l’UN. C’est chercher rationnellement le divin, à travers des symboles, des phénomènes et des abstractions. Le but : Voir cette unité.

 

Esotérisme ancien et Dieu unique

Il y eut une époque ou le discours sur un Dieu unique était réservé aux initiés. Cf. Timée.
C’est plus une question de psychologie que d’arrogance. « C’est une idée audacieuse, et il n’est pas possible d’en parler à tout le monde. »

 

Recherche vaine de phénomènes et recherche solide

Il y en a qui disent : « Si je voyais un seul phénomène, je croirais ».
Mais la plupart du temps, ces gens, lorsqu’ils voient, discutent, ergotent. En vérité, ce sont les chercheurs attachés davantage à la théorie qu’aux faits médiumniques qui sont le plus sérieusement convaincus des rapports avec le monde invisible. C’est même en sortant de longues et souvent stériles recherches, avec les médiums, que beaucoup des occultistes les plus avancés ont commencé l’étude sérieuse de la tradition hermétique.

 

Raisons de l'attaque actuelle de la religion

Si la religion est actuellement attaquée, c’est parce qu’il n’est plus possible de la rendre acceptable aux hommes plus instruits, plus avertis, sans de profondes modifications de ses dogmes et sans l’appuyer sur l’interprétation ésotérique de ses symboles.

 

Esotérisme et exotérisme des religions

L’ésotérisme représente la notion Amour incluse en toute religion, l’ésotérisme la notion connaissance.

 

Philosophes ésotéristes

Philosophes ésotéristes.

 

Ce qui manque aux milieux ésotériques ou religieux

Que manque-t-il aux milieux ésotériques ou religieux, pour comprendre tout ce qui leur est présenté de lectures et théories diverses ? Une unité de lecture en tout ce qui est symbole.

 

ESotérisme et EXotérisme

Tout est ESotérique et
           EXotérique
           SEXE
Il faut croiser les deux.

 

Différence occultisme / ésotérisme

On peut différencier l’occultisme de l’ésotérisme : L’objet de l’occultisme, ce sont des choses et des phénomènes matériels (force électrique, magnétique, etc.), et peut-être dangereux (recherche de pouvoirs…). C’est pourquoi on l’occultait.
L’ésotérisme s’occupe de choses spirituelles, divines, donc de nature supérieure.
L’ésotérisme est une science de l‘invisible.
Rom. 1 :20 : « Les choses invisibles sont visibles à l’intelligence sous les choses créées. »

 

Esotérisme occidental : mystique et intellectuel

L’église a ôté la science de la foi, la science a ôté Dieu de la société. Ce sont le courant chrétien et le courant luciférien. Il a existé une minorité qui a voulu relier ces deux courants en un seul : voulant à la fois croire et comprendre. Elle dû se cacher.
Le trait essentiel de l’ésotérisme occidental est d’être à la fois intellectuel et mystique. Gnose, Manès et le manichéisme, moines, albigeois, cathares, templiers, R+C, occultistes du seizième siècle : Agrippa, Paracelse, Boëhme, et des siècles suivants.